Les concours d’entrée aux différentes Grandes École de Management comprennent 2 grandes phases, chacune étant constituée d’une série d’épreuves qui, suivant le cas, sont spécifiques ou non, aux bacheliers de la voie technologique :
1) Phase d’admissibilité composée de 6 ou 7 épreuves écrites (suivant la banque d’épreuve : cf. infra)
2) Phase d’admission (ouverte aux seuls candidats admissibles) composée généralement de 4 épreuves orales (mais ce nombre peut varier suivant les écoles).

La phase d’admissibilité est organisée en commun par les grandes écoles, selon la banque d’épreuve dont elles relèvent. Si, pendant longtemps, ces 2 banques d’épreuves avaient adopté strictement le même format pour leurs épreuves écrites d’admissibilité, depuis 2014 celui-ci diffère légèrement :


concours-format

Rappel : afin ne pas multiplier les épreuves écrites, chaque école adhère à une banque d’épreuve (BCE ou ÉCRICOME) et choisit librement, au sein de celles-ci, les sujets d’écrit qu’elle souhaite retenir pour son concours ainsi que les coefficients de chaque épreuve.
Concrètement, un sujet donné dans une matière sert donc à plusieurs écoles (de 2 à 4 sujets par épreuve). Ceci permet à la fois de limiter le nombre d’épreuves qu’auront à passer les candidats mais, également, à leur donner plus de chance de réussir (le fait de ne pas réussir le sujet d’une épreuve ne réduit leur probabilité de réussite qu’à l’admissibilité des écoles ayant retenu ce sujet).