Si la ‘voie royale’ pour accéder aux grandes écoles de commerce reste les classes préparatoires, il est aussi possible d’intégrer certaines d’entre elles par le biais de concours d’admission parallèles qu’elles organisent pour les titulaires de bac+2 (Licence2, DUT, BTS) ou bac+3/4 (Licence3, Bachelor, Master1), voire pour les étudiants issus d’IEP ou d’écoles d’ingénieur.

Toutefois, il est important de souligner que :
toutes les grandes écoles n’organisent pas ce type de recrutement (en particulier, les plus prestigieuses utilisent principalement ce type d’admission pour recruter des étudiants à l’international) ;
certaines grandes écoles n’organisent des admissions parallèles qu’au niveau bac+3/4 (EM Lyon, Audencia, ESCP Europe, HEC Paris), voire bac+4 (ESSEC BS).
suivant les écoles, ces concours peuvent être ‘communs’ (banque d’épreuve commune à plusieurs grandes écoles, sur le même principe que le concours organisé pour les étudiants issus de CPGE) ou ‘spécifiques’ (c’est-à-dire organisé de manière indépendante par l’école concernée : CAD pour Concours d’Admission Directe).

Comme on le voit, il existe donc un très grand nombre de cas de figure, rendant difficile une présentation exhaustive de ces voies d’accès parallèles, celles-ci dépendant à la fois de l’école visée et du niveau d’étude atteint par l’étudiant intéressé.

Néanmoins, il est possible de présenter les 2 principaux concours ‘communs’ utilisés par une quinzaine de grandes écoles pour leurs admissions parallèles :

1) concours commun Passerelle (banque d’épreuve BCE) : celui-ci couvre 13 des grandes écoles de la banque d’épreuve BCE (Burgundy SB, EDC Paris, EM Normandie, EM Strasbourg, ESC La Rochelle, ESC Pau, ESC Troyes, GEM Grenoble, Montpellier BS, Rennes SB, Télécom EM, ESC Clermont et ICN BS).
Il se décline en 2 versions :

concours ‘Passerelle 1′ : destiné aux bac+2, ce concours permet d’intégrer la 1° année de leur programme grande école en 3 ans (Bachelor + Master).
Il est composé de 4 épreuves écrites : synthèse d’un dossier économique, sociale ou culturel (2h) – test TAGE 2 (Test d’Aptitude aux études de Gestion, 2h) – anglais (1h30) – épreuve de de spécialité (2h, au choix parmi une quinzaine d’options possibles : langue vivante, biologie, droit, économie, gestion, informatique, mathématiques, philo/lettres/sciences humaines, etc.) & de différentes épreuves orales (variables suivant les écoles visées mais comportant au moins 2 épreuves : entretien et anglais).

• concours ‘Passerelle 2′ : destiné aux bac+3/4, ce concours permet d’intégrer directement la 2° année de leur programme grande école pour suivre les 2 dernières années de ce cursus (Master).
Il est composé de 4 épreuves écrites : synthèse d’un dossier économique, sociale ou culturel (en 2h) – anglais (2h) – test TAGE MAGE (Test d’Aptitude aux Études de Gestion et au Management des Entreprises, 2h) – épreuve de spécialité (2h, au choix parmi une quinzaine d’options possibles dont : droit, informatique, gestion, philo/lettres/sciences humaines, mathématiques, etc.) & de différentes épreuves orales (variables suivant les écoles visées mais comportant au moins 2 épreuves : entretien et anglais).

2) concours commun Tremplin (banque d’épreuve ÉCRICOME) : ce concours commun couvre les 2 écoles de la banque d’épreuves ÉCRICOME (Kedge BS et Neoma BS).
Il se décline en 2 versions :

concours ‘Tremplin 1′ : destiné aux bac+2, ce concours permet d’intégrer la 1° année de leur programme grande école en 3 ans (Bachelor + Master).
Il est composé de 3 épreuves écrites : note de synthèse (3h) – test TAGE2 (Test d’Aptitude aux études de Gestion, 1h55) – anglais (1h30) & de 2 ou 3 épreuves orales (3 épreuves : entretien, anglais et 2° langue).

concours ‘Tremplin 2′ : destiné aux bac+3/4, ce concours permet d’intégrer directement la 2° année de leur programme grande école pour suivre les 2 dernières années de ce cursus (Master).
Il est composé de 3 épreuves écrites : analyse de textes comparés (3h) – test TAGE MAGE (Test d’Aptitude aux Études de Gestion et au Management des Entreprises, 2h) – anglais (1h30) & de 2 ou 3 épreuves orales (2 épreuves obligatoires : entretien et anglais et 1 épreuve facultative : LV).
.

Remarque : la plupart des écoles de commerce (y compris les « grandes écoles ») organisent également un certain nombre d’autres concours  d’entrée directe (Accès, Sésame, Atout+3, Pass). Nous n’en parlons pas car ces concours ne sont pas destinés à intégrer leur ‘programme Grande École (accessible au niveau bac+2 et permettant d’obtenir un titre ayant grade de master), mais à rejoindre des formations internes (Bachelor et/ou titre n’ayant pas le grade de master).
Pour comprendre la différence subtile mais fondamentale entre un Master (au sens générique anglo-saxon), un Master visé et un Master gradé, vous pouvez vous reporter à la page ‘Les diplômes des écoles de commerce’.
.

Suivant les grandes écoles de commerce, les étudiants entrés par la voie des admissions parallèles représentent de 20 à 79 % de leur effectif. Ils permettent à aux écoles, notamment celles qui attirent le moins d’étudiants issus de CPGE, de maintenir une taille critique, dans un environnement de plus en plus international et concurrentiel.
Il n’est pas possible de trouver une présentation exhaustive et claire des taux de réussite à ces différents concours d’admission parallèle, notamment en fonction du bac d’origine des candidats. Toutefois, d’après les rares données diffusées, il semblerait que les taux de réussite aux concours d’admission parallèles (toutes écoles et tous bacheliers confondus) sont de l’ordre de :
.           40 % pour les concours Passerelle 1 & 2 ;
.           33 % pour les concours Tremplin 1 & 2
.           très variable pour les Concours d’Admission Directe (par ex. moins de 10 % à HEC ou l’ESCP)

Si ces voies d’accès parallèles sont une réelle opportunité de rejoindre une grande école  pour les étudiants n’ayant pas eu l’opportunité d’intégrer une CPGE, il convient de mettre en garde les élèves de STMG contre toute stratégie hasardeuse en la matière.
En effet, s’il est ambitieux et en a les capacités, l’expérience montre qu’il est beaucoup plus efficace et rentable pour un élève de STMG de passer par une CPGE-ECT pour intégrer une grande école, plutôt que de miser sur une formation courte et les admissions parallèles pour atteindre ce même but… Cela pour de nombreuses raisons :

• choix plus large : les CPGE prépare aux concours d’entrée à toutes les grandes écoles, y compris les plus prestigieuses. Or, comme nous l’avons précédemment vu, les admissions parallèles ne couvrent pas l’intégralité des grandes écoles françaises.

• taux de réussite : le taux d’admission aux concours post-CPGE s’avère plus élevé que celui des concours organisés dans le cadre des admissions parallèles (la différence étant particulièrement significative pour les étudiants issus de STMG).

• pédagogiques : les CPGE-ECT ne sont ouvertes qu’aux élèves de STMG et l’enseignement qui y est dispensé est donc parfaitement adapté à leurs forces et faiblesses spécifiques. En particulier, le programme et l’organisation des études sont conçus pour leur permettre de se renforcer progressivement sur leurs points faibles traditionnels : capacité et autonomie dans le travail, degré de maîtrise des langues étrangères, culture générale.
Contrairement à une idée répandue, il leur est donc plus facile de réussir au sein d’une CPGE-ECT et, à l’issue de celle-ci, ils sont mieux armés non seulement pour réussir les concours d’entrée aux grandes écoles, mais aussi pour y réussir leur cursus.

• charge de travail : les étudiants souhaitant passer les concours d’admission parallèles doivent être conscients qu’il leur faudra assumer le travail exigé par la préparation de leurs épreuves, en plus du travail nécessaire à la validation du diplôme auquel prépare la formation qu’ils ont choisi. Or, compte tenu de leur parcours, les bacheliers STMG sont en général très mal préparés à assumer une telle charge de travail de manière autonome !

• sélectivité à l’entrée : les formations courtes publiques (BTS, DUT) n’étant pas très nombreuses et étant ouvertes à tous les bacheliers, les plus intéressantes s’avèrent quasiment aussi sélectives que les CPGE-ECT pour les bacheliers issus de STMG.
Il en est de même pour les formations courtes privées les plus sérieuses (type Bachelor) qui, de plus, sont payantes et onéreuses !

• durée du parcours : certaines grandes écoles ne recrutent sur admission parallèle que des étudiants de niveau bac+4 pour les intégrer dans leur Master1 (… ce qui rallonge d’une année leur cursus).

• débouchés professionnels : à la sortie d’une grande école, il semble que les recruteurs attachent de plus en plus d’importance au parcours global des jeunes diplômés et tendent à privilégier ceux étant passés par une CPGE, ces derniers étant considérés comme résistant mieux à la pression et ayant une meilleure capacité d’adaptation (cf.Les recruteurs préfèrent les diplômés passés par une prépa‘).

… Pour l’ensemble de ces raisons, nous ne pouvons que mettre en garde les bacheliers STMG qui, uniquement par souci de facilité, préfèrent contourner les CPGE-ECT en espérant pouvoir atteindre, par le biais de formations moins exigeantes, le niveau requis pour les concours d’admissions parallèles et la poursuite d’études en grandes écoles.

.
.

>>> Pour aller plus loin :
Écoles de commerce : peut-on se passer des classes préparatoires ?, G. Dauvergne, Le Figaro (25/11/2016)
Grandes écoles : et les admissions parallèles ?, Cécile Peltier, L’Express (13/02/2017)
Les options pour intégrer une école de commerce, Wally Bordas , Le Figaro (21/11/2017)
Comment intégrer un master ou un mastère de grande école ?, Hélène Seingier, Le Monde / Campus (27/01/2017)
De l’université vers les grandes écoles, une voie négligée, Adrien de Tricornot, Le Monde / Campus (23/01/2017)
Site web des concours Passerelles (banque d’épreuve BCE)
Site web des concours Tremplin (banque d’épreuve ÉCRICOME)